Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 août 2013

Réseaux internet

On est en 2013. Les réseaux internet s'appellent maintenant les réseaux "sociaux". Sociaux, certes, sur un certain point de vue, d'ailleurs les blogueurs que nous sommes ne vont pas le nier. Ils participent à l'évolution des socialisations dans notre monde moderne, mais la question n'est pas là. Avec les révélations sur Prism et autres, la question de la confidentialité et de la défense de l'individu est revenue au devant de la scène, mettant en question la banalisation souvent utilisée par facilité pour ne pas penser aux vieux démons humains prêts à s'insérer partout où les brèches s'ouvrent.

On est en 2013, et on s'émeut, par médias interposés. Pourtant, c'était déjà prédit, voire su et dit. Ci dessous un article du monde de 2008 qui en dit déjà long.

 

La confidentialité des données n'existe pas sur les réseaux sociaux. Le partage d'informations personnelles est même la raison d'être de LinkedIn, Copainsdavant, MySpace, etc. Facebook, la vedette des sites communautaires (70 millions d'utilisateurs revendiqués), a été créé "pour vous faciliter le partage d'information avec vos amis et vos connaissances", souligne d'ailleurs la société californienne. Nom, prénom, courrier électronique, numéro de téléphone, adresse, parcours scolaire, sexe... autant de données réclamées aux nouveaux venus avec l'intention déclarée de les exploiter.

Les responsables de ces sites ne sont pas les seuls à se servir de ces informations que les utilisateurs essaiment sur leurs pages. Début mai, des journalistes de la BBC ont réalisé, sans connaissance en informatique pointue, une application capable de soutirer de nombreux détails sur les profils d'utilisateurs de Facebook : tests, jeux et quiz en tout genre pullulent et se transmettent comme un virus sur ce réseau. Il suffit de glisser au sein de la communauté en ligne un programme malveillant, déguisé en jeu, pour obtenir à l'insu des internautes nombre de leurs données personnelles.

"RISQUE MONTANT"

Déjà en 2007, des spécialistes de la sécurité informatique s'étaient penchés sur les failles des réseaux sociaux. Sur Facebook, les utilisateurs dévoilent des éléments "que la plupart des gens refuseraient de donner à un inconnu dans la rue ou en réponse à un message de spam", soulignait Michel Lanaspèze, directeur marketing de Sophos, spécialiste en sécurité des réseaux. Des données qui peuvent permettre la réalisation de programmes malveillants personnalisés, de deviner des mots de passe ou même d'usurper une identité.

Laisser les cybercriminels piocher dans cette base est "le risque montant", note Bernard Dutreuil, directeur du département "systèmes et moyens de paiement" à la Fédération bancaire française. "Le détournement de l'identité d'un individu, la récupération d'éléments à caractère personnel, serviront aux malfaiteurs à se faire passer pour un autre afin de commettre des délits, des achats avec des moyens de paiement usurpés", précise-t-il.

"La rapidité avec laquelle les réseaux sociaux tels que Facebook ont été adoptés a inévitablement été exploitée par les cybercriminels, désireux d'ajouter le contenu de ces sites à la palette des instruments à leur disposition", constate encore, dans son rapport annuel, Mark Sunner, chef analyste au sein de la société MessageLabs, spécialiste en sécurité Internet.

Les réseaux sociaux seraient donc de véritables mines d'informations personnelles à ciel ouvert. Sur Facebook, les conditions générales précisent que "les utilisateurs postent du contenu à leurs propres risques".

 Le Monde, 8 mai 2008

16 juin 2013

Itmoi de la compagnie Akram Kahn

Itmoi, In the mind of Igor, un spectacle éblouissant superbe de la compagnie Akram Kahn. Nous avons eu la chance de le vivre. http://www.akramkhancompany.net/html/akram_calendar.php

"TO KNOW IS NOTHING AT ALL... TO IMAGINE IS EVERYTHING"

02 juin 2013

Témoignage de diabétiques maliens face à la crise

14 avril 2013

Une "Université des patients"

Dispenser des connaissances de base sur des questions de santé afin de pouvoir mieux dialoguer avec les médecins: c'est le but de la première «Université des patients» de Suisse, dont les cours commenceront en mai.

12 avril 2013

Chez les singes, les classes moyennes sont sous pression

Dans les sociétés de macaques, les singes les plus stressés sont ceux qui occupent les rangs hiérarchiques intermédiaires. Tels sont les résultats d'une étude, menée par des chercheurs des universités de Liverpool et de Manchester, qui vient d'être publiée dans la revue General and Comparative Endocrinology. "L'intérêt était de corréler le comportement individuel des singes face au stress à leur rang dans la hiérarchie", explique Katie Edwards, de l'Institut de biologie intégrative de Liverpool, qui a mené l'étude.

"La médecine actuelle ignore les facteurs psychosociaux et l'histoire de la personne. Elle tend à considérer la maladie en soi et à la traiter par des médicaments, plutôt qu'à chercher à en comprendre les causes profondes. On va vers la médecine personnalisée, qui tend à considérer la personne dans son ensemble, avec son histoire personnelle et son mode de vie, explique Bruce MacEwen. Il apparaît de plus en plus évident que les politiques sanitaires doivent également viser à la réduction du stress."

Le Monde, 11 avril 2013

06 mars 2013

Tungaraké, l'aventurier

 

Kora, instrument merveilleux, trio majestueux avec le violoncelle et les percussions devenues quatuor avec la voix Laissez vous emporter j'écoute en boucle

World Kora Trio

03 mars 2013

Les limites délimitent

Le monde des affaires s’impose sur les affaires du monde. Stéphen Kerckhove, La Dictature de l’immédiateté

Une fois qu'on a passé les bornes,  il n'y a plus de limites. Alphonse Allais

Quoi qu’il arrive demain,  j’ai vécu aujourd’hui. John Dryden

N’écoutez pas ce qu’ils disent, regardez ce qu’ils font. Aristote


Mots glanés dans la Lettre mensuelle de l'Education Authentique

http://www.education-authentique.org/

 

26 février 2013

Holy Motors

Film surréaliste déstabilisant fait de plusieurs vies vécues ou jouées. Un homme qui voyage de vie en vie de milliardaire à mendiant. De très belles images aussi. Et un moment fort de bonheur en musique avec une bande d'accordéons dans une traversée d'église. Une belle description des vies dans notre monde. Film de Leos Carax revenu au cinéma après une longue absence. C'est Leos Carax qui avait mis en scène Les Amants du Pont Neuf.

Holy Motors.jpg

16:00 Publié dans Coin Ciné | Lien permanent | Commentaires (1)

25 février 2013

"Nous avons pris la décision de partir.."

Ce qui se passe en Grèce, comme ailleurs en Europe mais préfigurant l'intolérable, illustrant avec honte l'évolution de ce monde, est trop fort pour qu'on  ne puisse pas le voir, l'ignorer, le regarder passer banalement dans la somme d'infos comme une anomalie à regretter à constater. Nous savons maintenant où va ce monde où nous allons, et si npous n'avons pas encore compris alors relisons ce texte de Marie Laure Veilhan, dont je me permets de mettre un extrait, et une de ses réponses aux nombreux commentaires qu'elle a reçue. Lien ci dessous de la note dans son blog sur mediapart.

"Nous sortons peu – le temps a l’air d’avoir pris la couleur de la vie : il pleut, sans arrêt, au point que le bois doit rester longtemps dans le poêle avant de s’embraser. Nous regardons distraitement les journaux télévisés, on connaît la rengaine. Deux dizaines d’impôts créés en 2012. Chômage. Misère. Enfants non vaccinés. Facultés qui ferment. Hôpitaux en panne de chauffage, de matériel de première nécessité (compresses, instruments chirurgicaux,…). Et de yaourts aussi. Néo-nazis au parlement. Grèves. Mobilisation décrétée dans deux secteurs (marine marchande et transports en commun), sous le contrôle direct de l’armée. La folie rivalise au quotidien avec le ridicule, le trivial, le presque rigolo. Non, on n’y croit pas, quand le secrétaire du Ministère de l’Economie annonce que « le smic à 560 euros -bruts- est encore trop haut »…"

"...Me croirez-vous si je vous écris que cela m'a vidée? La catharsis évoquée plus haut par Dimitri, elle demande des forces que nous n'avons pas toujours; pourtant les échanges, leur qualité, leur profondeur me convainquent ici, si besoin était, que c'est très important pour être plus forts, ensemble, et chacun(e) seul(e) lorsque vient le moment de solitude.

Vous êtes quelques pas-tout-à-fait-inconnus à m'aider, par votre présence et vos contributions, à garder un presque équilibre, c'est primordial pour continuer, surtout pour deux êtres que j'emmène sur la barque"

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-laure-veilhan/170213...

Et si on parlait tous grec ?

23 février 2013

Content

Content content de faire mon pain content de faire mes pizzas content de faire mes lasagnes les tortellonis je fais pas les raviolis je fais pas mais je vais faire de toute façon la viande bof content d'acheter des légumes pas calibrés pas surpoussés parfois verreux mais à avoir dans son carré potager encore mieux ce midi ce sera pizza à la main sans machine et sans cheval avec tomates poivrons oignons chorizo tiens y a quoi dans ce chorizo ?

18 février 2013

Alifat Mat

Alifat Mat

Spectacle chant et chorégraphie tout en force et douceur, à recommander si çà passe près de chez vous...

« Alifat mat » . Proverbe arabe : ce qui est passé est mort. Peut-on bâillonner la mémoire ? Thématique de la résistance à travers trois duos mettant en scène deux danseurs et une chanteuse. Comment résister à l'exploitation, la mécanisation, l'assujettissement, l'arrachement ? Image – corps – voix pour donner voix à l'endurance.
Abderzak Houmi travaille à conjuguer hip-hop et danse contemporaine. Images et témoignages se mèlent au chant et à la danse. Le chorégraphe déroule un fil. Un fil résistant.

Compagnie Xpress

16 février 2013

Il est né

Ca vous fait ferait a fait quoi d'être grand père déjà loin ce jour où je suis devenu papa je me souviens d'avoir pris ce petit bout dans mes bras peur de l'effrayer délicat mignon tout doux tout mou papi maintenant permettez moi de dire jeune papi encore révolté révolté encore ? A voir j'espère que oui le rôle de grand père ça m'a pas l'air si difficile je serai peut être à la hauteur le petit il le mérite bien venu en avance tout petit encore en couveuse mais il va bien et les parents sont heureux nous aussi

11:52 Publié dans Coin perso | Lien permanent | Commentaires (4)

13 février 2013

La Faim à vendre

Quatre banques françaises accusées de "spéculer sur la faim". Dans un rapport publié mardi 12 février, L'ONG Oxfam révèle que BNP Paribas, Natixis (BPCE), Société générale et Crédit agricole géraient en 2012 "au moins dix-huit fonds" qui opèrent sur les marchés agricoles (Le Monde - 13 février 2013).

09 février 2013

Bloganniversaire

J'ai encore loupé mon bloganniversaire 4 février 2006 sept ans sept chiffre porte bonheur dit on chiffre magique pour d'autres 7 ans mais ça fait un bail dites donc toujours là bien peu bien trop peu dirons mes lecteurs assidus fidèles et pas détracteurs fidèles communicants échanges de pensées jetées sur le clavier mots structurants mots rageurs mots paisibles mots qui essayent d'être sages 7 ans j'avais commencé par ces mots:

Je découvre le monde blog et tente l'aventure. Je suis là, dans un petit bout de terre, sur une grande terre. Des hommes et des femmes. De la misère et de l'espoir. Des chemins tracés diversement, des ornières, des oeillières. Souvent nous regardons trop à la loupe ce qui doit d'abord être pris de recul. Pensées rétrécies, affinez vous en élargissant votre angle de vue. Exact est un qualificatif bizarre quand il s'applique à la pensée. Comment peut on concevoir qu'une pensée soit exacte ? Elle ne peut que correspondre à un état en mouvement s'appliquant à un ou plusieurs esprits. Alors, faisons bouger nos pensées communes ou plus secrète.

Alors jetons des pensées je vais essayer de continuer entre monde bruyant et pensées intimes mondes enfouis et pensées brutales mondes en pensées et pensées immondes 

13 janvier 2013

Mali

DSC00621.jpg

 

J'aurais voulu débuter 2013 autrement. Mais les circonstances en ont décidé autrement. La guerre au Mali. On a beau être profondément pacifiste dans l'âme, on ne peut pas ne pas réagir positivement. Quand on connait un peuple, une population, quand on a des amis, quand on vibre avec une culture, on ne peut admettre qu'elle soit bafouée et sacrifiée sur l'autel d'intérêts idéologico-stratégiquo-obscurs (enfin, pas si obscurs que çà). Ah le Mali, une telle beauté, du pays, des hommes et des cultures, comment peut on en arriver là ? L'intervention militaire est vécue là bas comme un soulagement, et pourtant c'est l'escalade d'une guerre. Que faire : fuir, tout laisser, abandonner, ou combattre ou faire combattre ? Eternel dilemne.

Bonne année quand même à toi ô Mali. Je préfère pour ce soir oublier les bruits de bottes et m'évader avec Ballaké et Rokia. Bises à tous