Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 novembre 2013

Ce soir ce sera Tom Yum

Ce soir c'est repas thaï : un Tom Yum aux crevettes, facile, rapide, mais il faut avoir de préférence la pâte de Tom Yum, que nous avons ramenée de Thaïlande à notre dernier voyage, mais ça se trouve facilement, notamment dans les magasins asiatiques. Excellente soupe aux crevettes et champignons à accompagner de riz ou de nouilles, chinoises de préférence. Attention, pour ceux qui craignent le piment : s'abstenir, ou alors doser très finement la pâte (ne pas hésiter à en mettre moins du 1/4 de la dose).

Vous diluez dans 1/2 litre d'eau bouillante la pâte pour Tom Yum, puis versez les crevettes nettoyées décortiquées (on peut prendre des crevettes congelées), environ 100g par personne, et des champignons, environ 50g par personne. Salez avec de la sauce de poisson, et laissez cuire à petits bouillons pendant quelques minutes. Agrémentez du jus d'un citron vert, et si vous en possédez, de 2 ou 3 feuilles de combavas (citron "kaffir"), d'une tige de citronnelle africaine coupée en morceaux de 1 à 2 cm. Juste avant de servir, parsemer d'un peu de coriandre fraiche et de feuilles de basilic (de préférence basilic thai, au goût citronné).

Bon appétit !

Tomyumsoup.jpg

Soupe Tom Yum aux crevettes, Bangkok - image : wikipedia

26 novembre 2013

Le piton des rêves

Une île pour un séjour de repos et de rêves mais quelque chose sonne faux. La violoniste qui fait partie du voyage, sensible aux moindres sons et ondes sensibles, pressent l'inimaginable. Que recèle cette île dans ses bas-fonds ? Une belle écriture, poésie des mots douceur des images, glissement progressif d'une sérénité artificielle et construite à la révélation des contre-parties infâmes. La fiction pour regarder crûment notre monde en n'oubliant pas sa beauté et la richesse des hommes et des peuples à préserver à tout prix.

A lire !

piton_des_reves.jpg

Editions La Cheminante


[...] interroger la variation et la continuité, bien plus que les ressemblances et les différences. Voir le monde comme une continuité qui s’enrichit de multiples variations est une façon de bien vivre partout, de garder la curiosité en éveil et de préserver sa propre jeunesse. C’est une aventure extrêmement porteuse qui donne sens à la vie, à l’écriture, à la création, au voyage, à l’amour. Dans ces conditions, nul besoin d’aller très loin : le voyage se fait aussi sur place, avec ceux qui sont tout autour de vous. Encore faut-il être convaincu que chacun mérite que l’on s’intéresse à lui. Encore faut-il savoir écouter et regarder en enlevant les lunettes du jugement perpétuel et en ouvrant ses sens, sans œillères. (Maryvette Balcou, interview dans Culture Chronique

24 novembre 2013

Deca Dance

Ruptures mélodies des corps harmonie saccadée tout en finesse rude le spectacle de la compagnie Batsheva Dance est une découverte, extraits de dix ans de création du chorégraphe israelien Ohad Naharin

Énergie sauvage rythme communicatif des corps chaloupée mécanique désordre rythmé On est emporté on en sort pas indemne.

 

22 novembre 2013

Se fondre s'arrêter s'émerveiller

Se fondre dans la vie palper les bords de la route s'attarder sur les couleurs et les senteurs l'émerveillement de chaque fleur éclose au monde laisser passer les trains et bolides à grande vitesse ne pas regarder leur objectif futile et immédiat leurs cibles faisant fi des bas côtés dont ils ignorent tout de la grandeur beauté invisible par ceux qui courent intensité de l'instant comme au ralenti je regarde effaré les mouvements désordonnés du monde qui croit tout résoudre Oh monde aveugle arrête toi ne serait ce qu'un instant regarde comme c'est beau

DSC_0073-2.JPG

20 novembre 2013

Cari papayes vertes

Ce soir ça va être cari papaye vertes. Cinq belles papayes sur mon papayer attendaient patiemment le moment de mûrir. Las, une invasion de cochenilles a du faire prendre les grands moyens. Récolte prématurée des dernières papayes et taille du tronc en espérant qu'il est encore temps. Ce sera ensuite le nettoyage régulier nécessaire des nouvelles pousses et feuilles pour éviter la réinvasion.

L'Océan

L'Océan. Sa première rencontre avec l'immensité marine lui chavire tous les sens. Il y a un trio vocal : l'eau, le vent, les oiseaux. L'eau massive, convulsée, vert violâtre huileux ; son bruit brutal et mou comme un afflux de sang aux tempes. Le vent feulant, fouaillant cette masse visqueuse, en écharpant la peau qui se couvre d'écume; son odeur violente qui se fait intime à l'instant même où elle la découvre. Les goélands et les mouettes louvoyant autour du port, leurs cris aigres, entre geignement et colère ; leur âpre ostinato.

Sylvie Germain. Petites scènes capitales

Matin du monde

Matin soleil levant joyeux guilleret découverte des news du monde sur ma petite fenêtre 13 pouces Gargarismes borborygmant sur les bleus pauvre Ukraine Et là bas outre atlantique nord le Canadien de Montreal sur la glace contre le Wild du Minnesota à chacun ses passions Cleopatra en Sardaigne inondations meurtrières un cyclone en Méditerranée ? Deux bébés lions symboles nés en Palestine Afrique les Etalons burkinabe battus par les Fennecs algériens la Centrafrique dans un chaos ignoré des médias L'Europe dans la course aux drones Quoi d'autre ?

18 novembre 2013

Décrocher

Décrocher fermer les écoutes larguer les amarres s'éloigner 

Laisser passer le torrent  des sentiments ressentiments

Se regarder fermer les yeux regarder autour

Sortir la tête respirer sans hâte voir le jour

Se donner le temps de penser

Écrire

19 octobre 2013

Le pouvoir et la gouvernance d'internet

Internet est géré par un seul pays, les Etats Unis et ceci commence à être remis en cause suite aux révélations et scandales type NSA. Une gouvernance mondiale est discutée et proposée par plusieurs pays, pour arrêter l'hégémonie américaine et sa surveillance des réseaux sociaux au prix des libertés individuelles. En concurrence, une volonté de certains pays "non démocratiuqes", à l'inverse nationaliste, qui voudrait un éclatement d'inetrnet par pays. Le Monde, Guénaël Pépin, 18 octobre.

17 octobre 2013

Sursaut

Une mobilisation des lycéens contre l'expulsion, le rejet de l'autre, le racisme, et pour l'intégration. Ca fait chaud au coeur, non ?

16 octobre 2013

Virage à 180°

Norvège : nouvelle équipe gouvernementale issue des élections législatives. Exit le 1er ministre socialiste, entrée de la coalition conservateurs-populistes. Politique ? : réductions d’impôts, assaisonnant de l'ouverture des magasins le dimanche, la possibilité pour les policiers de s’armer, l'interdiction possible de la mendicité dans les municipalités qui le souhaitent, le durcissement de la politique d’immigration et des investissements accrus dans les infrastructures.

11 octobre 2013

Un monde meilleur grâce à des algorythmes ?

Prédire l'arrivée d'une épidémie, l'évolution des maladies, de l'économie, l'arrivée d'une guerre, d'un changement politique, d'un génocide pour changer le cours des choses ? Possible selon cette israelienne qui a fondé sa startup grande invention des temps modernes sur ce pari : compiler les énormes bases de données mondiales accesibles par internet, élaborer des algorythmes et affiner les prédictions pour les mettre à disposition (de qui ?) pour un meilleur monde. Pourquoi pas ? Encore faut il y croire,.. pour le meilleur et pour le pire...

(Kira Radinsky : elle veut changer les lendemains, article paru dans Courrier International du 19 septembre)

30 septembre 2013

La saison de l'ombre

Aux racines de la traite transatlantique, qui en dit long sur l'humanité. Force d'un roman qui montre la façon dont un système fabrique, à l'échelle d'un village et d'un bout de côte africaine, sa propore hiérarchie de salauds, de héros, de témoins silencieux.

La Saison de l'Ombre - Léonora Miliano - Grasset

Article de C Simon, dans Le Mondes des Livres du 27 septembre.

09 août 2013

Un courrier d'Amilcar ...

 A l’attention de Philippe Lavergne, La cabane - Bois Rouge, aux bons soins de Rita de Bras Sec et de Dieudonné Arside.

 

Deux semaines seulement depuis mon départ, et ça me semble déjà si loin! La nuit, je regarde les étoiles tapissant le noir de la voûte en me demandant s’il s’agit bien du même que celui que je contemplais chaque soir auparavant. Moi, Amilcar, je ne sais plus trop où j’en suis, et pourtant cette ville m’interroge, m’intrigue, m’attire, m’effraie aussi. Des images lointaines  que j’avais oublié me reviennent, me déchirent. Je revis avec le passé, alors que je pensais avant tout aller vers l’avenir. Mais peut-être est-ce nécessaire dans un premier temps. Des années déjà. Je revois clairement chaque soir les moments qui nous ont lié et amené là où nous sommes. Votre rencontre, l’Afrique, que nous avions fui, n’en pouvant plus rien tirer. La vie difficile de petits boulots et de lutte contre l’intolérance, ma passion dénichée pour cet art théâtral qui m’a permis d’exprimer tout le jus concentré au tréfonds de mes entrailles.

 

Je pense à tout cela. Serait ce que je n’y pensais plus auparavant? Je ne sais. Probablement que si, mais confusément, effacé derrière le brouillard, comme à travers une vitre bueuse. La buée de la vie. Tout cela me retraverse, me taraude le ventre par bouffées. Et pourtant. Je me sens de nouveau rempli de passions. Tous les jours, je parcours les rues avec mon attirail, et je donne quelques représentations. Ca me permet de me procurer de quoi survivre tout juste, mais ça me suffit. Je rencontre de nouveau des hommes, qui me regardent m’écoutent, même si je ne joue qu’un rôle. Je me souviens souvent de façon aiguë les réflexions justes et ô combien positives de Marine, qui m’aidait tant, par les longues discussions et ses critiques qu’elle ne manquait pas de formuler à l’issue des représentations. Elle qui aimait tant l’Afrique. Je repense à tout cela et je le remet en scène, avec douleur et plaisir mêlé. Peut-on longtemps mêler bonheur et malheur, sensations aussi contraires? Vous rappelez vous les rêves que l’on fomentait, tournés vers ce continent noir qui hantait nos désirs? Tout cela est bien loin. Je le revis dans mes souvenirs et dans les écrits que je peux dénicher. Les livres sont devenus choses précieuses ici, et ce n’est que par l’intermédiaire de nouvelles connaissances que je peux m’en procurer chez quelques-uns. La grotte ferait bien des envieux ici. De tels trésors sont fabuleux par les temps qui courent. A ce propos, je n’ai pu partir sans en livrer le secret à Judex. Je n’ai pas eu le temps de vous en faire part, mais, de toute façon, ça va dans le sens de votre projet futur de mise à disposition de la communauté.

 

Merci pour tout.

 

Si vous voulez m’écrire passez par Rita à Bras Sec. Elle s’arrangera. J’écris en même temps à Rose-Améline. Merci de passer le bonjour à Judex.

 

 

Amilcar.


Si vous voulez découvrir les épisodes précédents ---> Amilcar

 

05 août 2013

Virgules

 

C'est quoi une virgule virgule de temps temps cassé phrases bien rangées syntaxe respectée ok je préfère sans virgules de toute façon j'y serais pas arrivé trop envie de les souffler les balayer trop de virgules dans la vie jusqu'au point je préfère le continuum pas si continu suffit de respecter les mots lus le lecteur décidera si virgule doit être pour hacher le temps le tempo de la phrase dérangeons les suites de mots redonnons la liberté à la ponctuation mots idées mots osés mots désossés offerts nus sans virgule sans virgules virgule de temps temps hâché sujet verbe complément verbe oublié soufflé effleuré sous le sujet adjectif participe évocation laissée au lecteur