Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 août 2010

Yann Tiersen à Saint Malo

13 juillet 2010

balade du coin (retour)

DSC_0020.jpgDSC_0021.jpg

DSC_0025.jpg

DSC_0031.jpgDSC_0035.jpg

09 juillet 2010

Balade du coin (suite)

DSC_0009.jpg

DSC_0014.jpgDSC_0015.jpg

DSC_0019.jpg

07 juillet 2010

La Tisseuse

Lilli, jeune chinoise, 30 ans et une vie derrière, d'usine et de  souffrance. Les mêmes gestes derrière les machines à tisser, tous les jours. Un mari licencié déjà, qui vend du poisson pour tenter de boucler les fin de mois, payer au fils des cours de piano. Elle tombe malade et le diagnostic, qu'on veut lui cacher, est sans appel. Quelques mois. Passage à vide, rage, désespoir. Seule. Un dernier voyage, pour Pékin, et retrouver un amour empéché...

Film chinois de Wang Quan An, 2010

tisseuse.jpg

17:59 Publié dans Coin Ciné | Lien permanent | Commentaires (1)

05 juillet 2010

Balade dans le coin des coins

DSC_0001.jpgDSC_0002.jpgDSC_0005.jpgDSC_0007.jpg

04 juillet 2010

Djon Maya

Pouvoir de la musique des notes égrénées

Mélodies magiques Voix somptueuses

Pouvoir de la beauté de l'art de la pureté

Noeuds qui se dénouent âmes qui s'évadent

Instruments qui rient humanité qui pleure

 

 

 

DSC_0452.jpg

03 juillet 2010

alterécrit

Ecrire voguer passer les pensées par les doigts mots sincères mots pervertis agence d'idées fulgurance de l'évocation altercation des fragrances mots déphrasées phrase délitées Penser divaguer divulguer par l'écrit altération ouatée odeurs des mots doigté syllabes colorées dit non dit sipidité altérité délitement relatif sonorité vague de l'écrit décadré passe de doigts fuite d'idées mots retrouvés altruité écrit pas dit alterécrit

 

endormi.jpg

18 juin 2010

Le vieux

Judex à l'issue de sa réflexion ne voyait qu'une explication : Amilcar avait dû être surpris lors d’une de ses multiples visites à la grotte. Il avait donc commencé à mener secrètement son enquête, fouinant dans les cases diverses, à l’affût d’un signe ayant pu trahir un des membres de la communauté. Il n’en parlait pas, redoutant que ses questions ne compromettent un peu plus l’espoir de retrouver les livres. Celui ou celle qui les avaient cachés devait bien avoir ses raisons. Cela restait un mystère entier pour Judex : pourquoi vouloir aller déménager des centaines de livres d’un endroit où ils étaient asi bien à l’abri? A l’inverse, celui- ou celle-là n’avait aucune raison de soupçonner Judex de connaître le secret, Judex voulait profiter de cet avantage, ... A moins qu’il n’ait été surpris lui-même lors de ses deux seules visites à la grotte ?

C’est alors qu’il eut l’idée d’en parler à Lavergne, qui probablement pourrait aider Judex dans ses recherches. Ce n’était pas trahir Amilcar que de révéler ce secret, qui de toute façon n’en était déjà plus un. Lavergne était un homme digne de confiance, qui saurait sans nul doute faire bon usage d’un tel secret. Judex n’eut pas le temps d’aborder le sujet, car les deux hommes venaient d’atteindre l’extrémité de la clairière. Lavergne s’était arrêté, faisant signe à son compagnon de rester quelques instants là à l’attendre, puis s’était enfoncé dans la futaie. Le jeune homme promena son regard et trouva une roche pour se reposer. Il entendait le bruit proche des branchages remués par le vieux.

Le vieux, Judex en avait confusément conscience, représentait le père qu’il n’avait jamais connu. Le respect qu’il lui vouait, mais aussi parfois la révolte qui l’avait animé avaient quelque chose de filial. Judex se remémorait les moments pas si éloignés où il redécouvrait le monde en compagnie de Lavergne et d’Amilcar. Le vieux leur avait retracé l’histoire des hommes, des sciences et des techniques, expliqué les sources du progrès, la lente évolution de la nature, puis l’ascension fulgurante de l’homme, trop rapide pour qu’il puisse lui-même la contenir, bientôt dépassé par ses propres inventions. Brutalement, Judex réalisa alors qu’il lui semblait évident que Lavergne possédât des livres. Comment pouvait-il en être autrement ? Il fallait qu’il lui pose la question, car ce dernier pourrait ainsi lui en procurer, et surtout l’aider à retrouver les autres...


lire les textes précédents : coin fiction

15 juin 2010

Un air de là-bas

L'Afrique du Sud c'est aussi sa musique, métissée. Un peu de fraîcheur à la pop sud africaine

 

13 juin 2010

Recrutement d'enfants-soldats : jusqu'où

Qu'y a-t-il de commun entre le Cameroun, la Centrafrique, le Niger, le Nigeria, le Soudan et le Tchad ? La signature d'un accord engageant  à ce qu'"aucun enfant de moins de 18 ans ne prenne part, directement ou indirectement, à des hostilités et, le cas échéant, de prévenir toute forme de recrutement"... Le Monde du 11/06/2010

Besoin d'un accord pour çà, oui, et il n'est pas trop tôt. 6 pays seulement, un début, un tout petit début. Il a fallu 2 jours de conférence à N'Djamena. Et encore parmi ces 6 pays, 2 n'ont pas encore signé, et 2 ont signé sans ratifier l'accord. 13 ans après la 1ère conférence à Cape Town, en 1997... Rien n'avance. Dans le monde 250 000 à 300 000 sont toujours engagés, chiffre désespérément stable depuis plusieurs années, engagés souvent de force dans les conflits armés, en Afrique mais aussi en Colombie, en Afghanistan, au Myanmar, au Népal... Ils font la guerre mais aussi les esclaves, voire les esclaves sexuelles.


 

DSC_0235_2.jpg

 

 

11 juin 2010

Afrique du Sud

On en parle on en parle la plupart n'en voient actuellement que gradins ballon cage maillots sifflets tant mieux pour ce grand bout d'Afrique qui vit respire vibre espérant le meilleur après le pire.

 

Afrique sud.jpg

Klein Drakensberg, 1er Juillet 2003

 

06 juin 2010

Les passants honnêtes

Devant la foule qui s'amasse me tire m'extirpe me retiens m'empêche d'être absorbé  dans l'infâme inconsistance glauque devant la nécessité de garder la tête dehors au dessus un tantinet consciente de l'immanence et de la relativité Je reprends le clavier blogueur jette mes mots doucement gentiment tranquillement expressions de l'esprit partie infime issue des abîmes des circonvolutions saugrenues qui nous font passer du rêve au cauchemar de l'enthousiasme à l'abattement sujets aux aiguillons et avatars aux belles choses et aux pires Oui il y en a des belles choses il faut savoir les voir ne pas se laisser aveugler savoir regarder au delà du voile de la brume ne pas se perdre dans les méandres des labyrinthes aguicheurs ne pas être dupe poudre aux yeux farce de la facilité uniciste Mais peut on encore et toujours pardonner à ceux qui se sont laisser absorbés ceux au regard oblique aux passants honnêtes bien intentionnés.

18:46 Publié dans Coin perso | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : vive la vie

16 mai 2010

Abattement

Prendre la plume ou plutôt le clavier jeter des mots pensées en vrac camion dans la gueule nuit veille tardive à ressasser tenter de comprendre je suis groggy on en a pris plein la gueule pour pas un rond famille rejet injustice histoires montées en neige avec du vent reproches incompréhension malentendus de pacotille non-dits qui enfoncent les relations violence brutale des mots n'ai je donc tant vécu que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers pleurer sanglots réparateurs et puis abattement à quoi bon à quoi bon s'en faire pendant des années se faire du souci et vlan padavlan t'étais pas là t'as pas répondu à mes besoins etc... égoïsme du retranchement du mal être qui une fois passé vous fait rejeter ceux qui peut être pourraient vous aider à voir plus clair ce que l'on ne veut plus voir Je baisse les bras

26 avril 2010

Connexion

 

DSC_0030.jpg

 

Bamako, août 2008

 

25 avril 2010

Yanvalou

Je viens d'un tout petit village. Cela fait partie des choses que j'avais oubliées. Pour un homme qui a gagné longtemps sa vie au jour le jour et qui grimpe tranquillement les barreaux de l'échelle sociale, le souvenir est un luxe, pas une nécessité...

 

Le roman de Lyonel Trouilot, Yanvalou pour Charlie, est un hymne plaidoyer à l'arrêt de l'abandon, à la recomposition du vivre ensemble, dans une société de la misère qui côtoie l'ignorance du confort voire de l'opulence, à Haïti comme ailleurs.

Yanvalou pour Charlie

 

 

... Se tenait devant moi un garçon sale que je voyais pour la première fois, une curiosité venue d'un autre monde, et j'entendais ses silences. J'entrais dans sa tête et je disais ses mots. Je me suis mis à transpirer malgré la climatisation. Pris d'effroi. Comme là-bas, au village, il y a longtemps, quand j'ai rencontré la mort pour la première fois et que j'ai passé trois nuits à attendre qu'elle vienne me chercher. Là-bas, le village, mon père, les vieux joueurs de bézigue, Anne, le petit cimetière. Ce crétin de Charlie, avec sa vie de chien et son histoire de fou, était venu ouvrir la porte du retour.

 

Yanvalou pour Charlie, Lyonel Trouillot, août 2009, Actes Sud